Témoignage de Bpost Photo: logo de Bpost Début 2009, Passwerk cherchait à savoir auprès du département ICT de Bpost si les testeurs pouvaient aussi être autistes (personnes présentant un trouble du spectre de l'autisme = TSA). Bpost a intégré le projet et Sam et l'un de ses collègues, tous les deux employés chez Passwerk, ont ainsi fait leur entrée au sein de l'équipe de test de PostStation (= application de guichet de Bpost) le 16 février 2009. Le collègue de Sam a vite fait savoir que le contenu du travail ne rencontrait pas ses aspirations et pour son successeur travailler sur un plateau semblait être insurmontable. Mais Sam s'est adapté tant bien que mal et fait déjà partie de notre équipe de test depuis plus d'un an. En général, les personnes présentant un TSA ne trouvent pas dérangeant d'exercer un travail répétitif. Et quand vous réussissez enfin à établir une bonne relation, vous obtenez beaucoup en retour. Mais percer les personnes avec un TSA demande cependant beaucoup de temps. Vous sentez bien la plupart du temps qu'il y a quelque chose, mais il faut un peu de temps pour découvrir ce qu'il en est exactement et ce que vous pouvez y faire. Concrètement, chez Sam, cela signifie qu'il est fortement passionné par l'exécution des tests, il ne fait pas de problèmes pour poursuivre, si nécessaire, encore et encore les tests de régression et il a aussi certainement l'oeil pour les détails (il détectera la moindre modification). Mais en même temps, tout, mais tout est remis en question et détecté. Chaque script de test est contrôlé de manière détaillée, chaque petite modification ou déviation du scénario de test est remise en question. Le bureau paysagé et le son environnant /le brouhaha ne sont également pas optimaux pour Sam : une porte qui grince, de nombreuses tonalités d'appel, les clics des bics, les incessantes discussions entre collègues... Tout est intercepté par Sam et emmagasiné dans son « système », ce qui engendre parfois des facteurs de stress supplémentaires. Nous essayons de compenser cela par l'utilisation de bouchons d'oreilles et l'instauration de courtes pauses... Mais il n'est pas toujours évident de trouver une structure encadrée et précise dans une organisation (de test) parfois frénétique. La recherche d'équilibre entre les changements, les contraintes de temps, le budget, les testeurs-collègues et les besoins supplémentaires de Sam est constante. Avec l'aide du jobcoach de Sam, j'essaie donc aussi de voir comment nous pouvons le mieux nous y prendre. Il vient régulièrement pour suivre Sam, ce qui a vraiment été nécessaire, surtout au début. Avant le projet avec Passwerk, je n'avais jamais été en contact avec des personnes présentant un TSA. Grâce à un schéma heuristique, j'ai pu me faire une bonne idée de la personnalité de Sam, mais je dois dire que c'est seulement au contact direct avec Sam que j'ai commencé à un peu mieux le comprendre. Je suppose aussi que ne je connaîtrais jamais « vraiment » Sam à 100%, étant donné qu'il peut aussi dissimuler/cacher certaines choses au travail, qu'il n'est pas toujours clair s'il se passe quelque chose parce que selon lui cela appartient au lieu de travail (les tâches du patron doivent simplement être exécutées, qu'on le veuille ou non) ou parce qu'il le veut aussi lui-même. J'ai actuellement une impression positive quant à la collaboration avec Passwerk et les personnes présentant un TSA, mais je pense qu'un bon accompagnement chez l'employeur est absolument nécessaire pour réussir pareil projet. Sans accompagnement, entretiens de suivi hebdomadaires, oreille attentive... un tel projet ne serait pas tenable dans notre structure. Mais en cherchant et en travaillant à un bon équilibre, nous avons réussi à garder Sam dans notre équipe de test depuis un an déjà et en ce qui concerne les collègues et moi-même, il peut rester encore un peu plus longtemps... Ingrid Van Eycken, Test Lead RSS, ICT Application Services