A longueur de journée Sam et Marianne testent des programmes informatiques. Un travail très répétitif et qui demande beaucoup de concentration et un grand sens du détail, du petit lait pour Marianne. Marianne : «Je moet er toch wel uw hoofd bijhouden ». Maar je vindt het zelf niet moeilijk ? Marianne: “Niet echt neen”. Het vraagt heel veel concentratie? Marianne: “Meestal wel ja. ” Sam et Marianne sont atteints d’autisme. Leur patron a bien compris que les autistes ont des talents très spéciaux. Dirk Rombaut (Opstartcoördinator Passwerk) : «j’ai découvert dans mes analyses qu’ils avaient des dons naturels. Ils aiment bien les détails, ils ont une pensée très logique et analytique, ils savent se concentrer énormément, ils savent travailler très structuré. On reçoit comme feedback des clients qu’ils sont beaucoup plus performants, beaucoup plus rapides et sans perte de qualité et qu’ils découvrent des bugs qui ne seront pas découverts par d’autres testeurs de logiciels. » Au total Dirk Rombaut emploie 25 personnes atteints d’autisme. Ces personnes sont détachées chez des clients comme ici à la CSC à Bruxelles, des clients largement satisfaits. Eddy Van Keer (CSC) : « Au début on avait un petit peu peur et aussi nos collaborateurs dans le service nous posaient des questions parce qu’ ils savaient que des gens arriveraient avec l’autisme. Assez vite après quelques semaines ils se sont bien intégrés des deux cotés il n’y a pas eu de problème. » Et que pour tous se passe pour le mieux Sam et Marianne sont encadrés par une coach. Katelijne Bervoets (Passwerk): “Mensen met ASS kunnen soms zo doortesten in detail dat ze de tijd zouden vergeten en wij kunnen dan aanbrengen dat er toch een grens in tijd moet vooropgesteld worden”. Pour effectuer ce travail Sam et Marianne ont dû traverser une épreuve de recrutement très sévère. Seul 20 pourcent des candidats la réussissent. A la clé un salaire comparable à ceux du secteur, mais surtout et ça c’est beaucoup plus précieux, la reconnaissance de leurs qualités professionnelles.